Nos héros réussiront-ils à retrouver leur ami mystérieusement disparu en Afrique ? (1968) : le mirage africain !

Cette comédie italienne au titre à rallonge (Riusciranno i nostri eroi a ritrovare l’amico misteriosamente scomparso in Africa ?) est un mélange pas très subtil de Au coeur des ténèbres, Hatari ! et Tintin au Congo, à savoir les mésaventures d’un improbable duo romain qui s’enfonce en Angola, à la recherche d’un parent devenu chef d’une tribu. Tout est attendu sur leur chemin, et rien n’échappe à la caméra pataude du metteur en scène : animaux de la brousse, indigènes dans les arbres, villages dansants et autres restes du bon temps des colonies.

A priori sympathique (il n’y a qu’à voir l’affiche ci-contre, et la présence d’Alberto Sordi et Bernard Blier pour s’en convaincre), cette comédie est aujourd’hui difficilement regardable, la faute à de nombreux défauts techniques tels qu’une photographie inexistante, proche de celle d’un documentaire, une mise en scène épouvantable et une postsynchronisation des voix amateur, à la limite du grotesque. Ettore Scola filme l’Afrique comme un jeune engagé dans la Coloniale voudrait l’imaginer et les quelques moments censés dénoncer les excès des occidentaux sont menés de main de tâcheron ; ainsi de la scène où un portugais roule sur un pont maintenu à bout de bras par les villageois, dont le comportement offusqué de Sordi, patron tyran et méprisant, est difficile à entendre.

L’aventure n’est pas au bout, loin de là, car elle ne commence jamais réellement, le réalisateur préférant empiler maladroitement des séquences exotiques, pseudo-comiques, qui finissent par lasser avant même de susciter un vague intérêt.