Maman (2012) : Le silence de la mère …

Épouvantable évocation des relations mère-filles ratées, Maman est aussi éprouvant que le calvaire vécu par une Josiane Balasko séquestrée dans une maison isolée. Cette histoire bancale s’étire longuement sur un peu moins d’1h30 sans jamais susciter autre chose qu’un vaste sentiment de gâchis et d’ennui, mêlés bien vite à l’incompréhension d’une situation qui évolue comme dans un vulgaire téléfilm, avec sa dose de scènes grotesques (la chaîne aux pieds, le fusil), volontairement comiques.

Il est difficile d’apprécier une prestation de Mathilde Seigner aujourd’hui, tant son personnage « à la ville » est détestable, quant à Marina Foïs, il semble qu’elle décline film après film un même rôle de fille au bord de la crise de nerf, un rien dérangé. C’était drôle chez les Robins des Bois, beaucoup moins chez Maïwenn ou Alexandre Leclère. Seule Josiane Balasko fait passer une petite émotion, trop rare pour s’arrêter sur ce nanar prétentieux et terriblement soporifique.

Publicités